• Acquisition de l’Agenda AM par OPCVM360

    En apparence, l’investisseur vit actuellement dans le meilleur des mondes, caractérisé par le retour incontestable d’une croissance mondiale synchronisée et l’esquisse espérée d’un ordre politique européen plus volontariste, sous la houlette de dirigeants rescapés de la menace populiste. De surcroit, cette croissance s’avère être d’une essence improbable et inédite, puisqu’il s’agit d’une croissance sans inflation. La frappante divergence observée entre les dernières prévisions de croissance publiées par l’OCDE (+3.5% au niveau mondial pour 2017 après 3% en 2016, l’Europe et les Etats Unis convergeant autour de 2%) et les dernières projections de la BCE en matière d’inflation (1.5% pour les 2 prochaines années vs 1.6%/2018 et 1.7%/2019 initialement prévus) consacre une reconnaissance des plus officielles à ce nouveau type de croissance. Les marchés de dette transatlantiques n’ont d’ailleurs par attendu les faire parts officiels pour enterrer le scénario trop balisé de remontée des taux..

    Lire la suite
  • Les devises au centre de l’attention…

    En apparence, l’investisseur vit actuellement dans le meilleur des mondes, caractérisé par le retour incontestable d’une croissance mondiale synchronisée et l’esquisse espérée d’un ordre politique européen plus volontariste, sous la houlette de dirigeants rescapés de la menace populiste. De surcroit, cette croissance s’avère être d’une essence improbable et inédite, puisqu’il s’agit d’une croissance sans inflation. La frappante divergence observée entre les dernières prévisions de croissance publiées par l’OCDE (+3.5% au niveau mondial pour 2017 après 3% en 2016, l’Europe et les Etats Unis convergeant autour de 2%) et les dernières projections de la BCE en matière d’inflation (1.5% pour les 2 prochaines années vs 1.6%/2018 et 1.7%/2019 initialement prévus) consacre une reconnaissance des plus officielles à ce nouveau type de croissance. Les marchés de dette transatlantiques n’ont d’ailleurs par attendu les faire parts officiels pour enterrer le scénario trop balisé de remontée des taux..

    Lire la suite
  • Une année 2017 porteuse, une année 2018 sur la même lignée…

    En apparence, l’investisseur vit actuellement dans le meilleur des mondes, caractérisé par le retour incontestable d’une croissance mondiale synchronisée et l’esquisse espérée d’un ordre politique européen plus volontariste, sous la houlette de dirigeants rescapés de la menace populiste. De surcroit, cette croissance s’avère être d’une essence improbable et inédite, puisqu’il s’agit d’une croissance sans inflation. La frappante divergence observée entre les dernières prévisions de croissance publiées par l’OCDE (+3.5% au niveau mondial pour 2017 après 3% en 2016, l’Europe et les Etats Unis convergeant autour de 2%) et les dernières projections de la BCE en matière d’inflation (1.5% pour les 2 prochaines années vs 1.6%/2018 et 1.7%/2019 initialement prévus) consacre une reconnaissance des plus officielles à ce nouveau type de croissance. Les marchés de dette transatlantiques n’ont d’ailleurs par attendu les faire parts officiels pour enterrer le scénario trop balisé de remontée des taux..

    Lire la suite
  • Un nouveau venu dans les Small&MidCaps Françaises

    En apparence, l’investisseur vit actuellement dans le meilleur des mondes, caractérisé par le retour incontestable d’une croissance mondiale synchronisée et l’esquisse espérée d’un ordre politique européen plus volontariste, sous la houlette de dirigeants rescapés de la menace populiste. De surcroit, cette croissance s’avère être d’une essence improbable et inédite, puisqu’il s’agit d’une croissance sans inflation. La frappante divergence observée entre les dernières prévisions de croissance publiées par l’OCDE (+3.5% au niveau mondial pour 2017 après 3% en 2016, l’Europe et les Etats Unis convergeant autour de 2%) et les dernières projections de la BCE en matière d’inflation (1.5% pour les 2 prochaines années vs 1.6%/2018 et 1.7%/2019 initialement prévus) consacre une reconnaissance des plus officielles à ce nouveau type de croissance. Les marchés de dette transatlantiques n’ont d’ailleurs par attendu les faire parts officiels pour enterrer le scénario trop balisé de remontée des taux..

    Lire la suite
  • Le tempo s’accélère…

    En apparence, l’investisseur vit actuellement dans le meilleur des mondes, caractérisé par le retour incontestable d’une croissance mondiale synchronisée et l’esquisse espérée d’un ordre politique européen plus volontariste, sous la houlette de dirigeants rescapés de la menace populiste. De surcroit, cette croissance s’avère être d’une essence improbable et inédite, puisqu’il s’agit d’une croissance sans inflation. La frappante divergence observée entre les dernières prévisions de croissance publiées par l’OCDE (+3.5% au niveau mondial pour 2017 après 3% en 2016, l’Europe et les Etats Unis convergeant autour de 2%) et les dernières projections de la BCE en matière d’inflation (1.5% pour les 2 prochaines années vs 1.6%/2018 et 1.7%/2019 initialement prévus) consacre une reconnaissance des plus officielles à ce nouveau type de croissance. Les marchés de dette transatlantiques n’ont d’ailleurs par attendu les faire parts officiels pour enterrer le scénario trop balisé de remontée des taux..

    Lire la suite
  • Très belle année 2017 pour ce fonds…

    En apparence, l’investisseur vit actuellement dans le meilleur des mondes, caractérisé par le retour incontestable d’une croissance mondiale synchronisée et l’esquisse espérée d’un ordre politique européen plus volontariste, sous la houlette de dirigeants rescapés de la menace populiste. De surcroit, cette croissance s’avère être d’une essence improbable et inédite, puisqu’il s’agit d’une croissance sans inflation. La frappante divergence observée entre les dernières prévisions de croissance publiées par l’OCDE (+3.5% au niveau mondial pour 2017 après 3% en 2016, l’Europe et les Etats Unis convergeant autour de 2%) et les dernières projections de la BCE en matière d’inflation (1.5% pour les 2 prochaines années vs 1.6%/2018 et 1.7%/2019 initialement prévus) consacre une reconnaissance des plus officielles à ce nouveau type de croissance. Les marchés de dette transatlantiques n’ont d’ailleurs par attendu les faire parts officiels pour enterrer le scénario trop balisé de remontée des taux..

    Lire la suite
  • 2018, accélération de la croissance ?

    En apparence, l’investisseur vit actuellement dans le meilleur des mondes, caractérisé par le retour incontestable d’une croissance mondiale synchronisée et l’esquisse espérée d’un ordre politique européen plus volontariste, sous la houlette de dirigeants rescapés de la menace populiste. De surcroit, cette croissance s’avère être d’une essence improbable et inédite, puisqu’il s’agit d’une croissance sans inflation. La frappante divergence observée entre les dernières prévisions de croissance publiées par l’OCDE (+3.5% au niveau mondial pour 2017 après 3% en 2016, l’Europe et les Etats Unis convergeant autour de 2%) et les dernières projections de la BCE en matière d’inflation (1.5% pour les 2 prochaines années vs 1.6%/2018 et 1.7%/2019 initialement prévus) consacre une reconnaissance des plus officielles à ce nouveau type de croissance. Les marchés de dette transatlantiques n’ont d’ailleurs par attendu les faire parts officiels pour enterrer le scénario trop balisé de remontée des taux..

    Lire la suite
  • Tout va bien, mais pour combien de temps ?

    En apparence, l’investisseur vit actuellement dans le meilleur des mondes, caractérisé par le retour incontestable d’une croissance mondiale synchronisée et l’esquisse espérée d’un ordre politique européen plus volontariste, sous la houlette de dirigeants rescapés de la menace populiste. De surcroit, cette croissance s’avère être d’une essence improbable et inédite, puisqu’il s’agit d’une croissance sans inflation. La frappante divergence observée entre les dernières prévisions de croissance publiées par l’OCDE (+3.5% au niveau mondial pour 2017 après 3% en 2016, l’Europe et les Etats Unis convergeant autour de 2%) et les dernières projections de la BCE en matière d’inflation (1.5% pour les 2 prochaines années vs 1.6%/2018 et 1.7%/2019 initialement prévus) consacre une reconnaissance des plus officielles à ce nouveau type de croissance. Les marchés de dette transatlantiques n’ont d’ailleurs par attendu les faire parts officiels pour enterrer le scénario trop balisé de remontée des taux..

    Lire la suite